Le forum du site Dark-Hunter Francophone
 
PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion








Partagez | 
 

 THE LEAGUE #10 - Born of Legend

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Mélite
Rat de bibliothèque


Messages : 1372
Date d'inscription : 21/01/2013

MessageSujet: Re: THE LEAGUE #10 - Born of Legend   Jeu 23 Juin 2016, 03:53

Une longue lecture, en effet. Je viens de terminer le livre, et ça a été au détriment d'une partie de mes heures de sommeil la nuit dernière. Wink

Je vais essayer de résumer tous ce que j'ai à dire sur ce livre. Ne soyez pas étonné si je fais, à plusieurs reprises, des comparaisons avec d'autres livres et personnages de Sherrilyn Lenyon.

L'histoire débute quatre ans après Born of Night pour aller jusqu'à recroiser la fin de Born of Betrayal, et aller un chouilla plus loin. Pas beaucoup plus. A ce niveau, j'ai même été un peu déçue. Plus je voyais qu'on se rapprochait de la fin alors qu'on était encore loin de retrouver la fin de BoB, plus je sentais que ça ne serais pas assez. J'en aurais voulu plus. Surtout concernant Kyr. On a les noms de sa femme et sa fille, c'est tout.
Spoiler:
 

Kyr n'est qu'un ovni qu'on voit faire un bref passage mais rien de plus. Je ne peux cependant m'empêcher de penser que ce détail n'est pas anodin. On ne voit Kyr que pour nous donner ces noms et expliquer pourquoi il en veut autant à Nykyrian, et ce dernier point on le savait. Autrement dit, les noms donnés ne sont pas anodins.

Retournons à l'histoire... Jullien rappelle quelques peu Styxx. Le côté enfant isolé, que le frère et le reste de la famille pensent être l'héritier pourri gâté alors qu'il est en réalité délaissé et bien seul, etcétéra. Mais Styxx avait Gallen à ses côtés pendant une partie de son enfant et son adolescence. Là où Jullien n'a strictement personne. Dans ce livre, le poids est plus porté sur les souffrances psychologiques que physiques, même si elles sont aussi présentes. Mais les tortures physiques sont moins explicites, et il n'est mentionné que brièvement et sans détail les abus sexuels auxquels Jullien a pu être confronté.
Tout le long du livre, on a des souvenirs de Jullien et son enfance. Ils sont là surtout quand Jullien évoque des faits du passé ou se les remémore. Jullien est amer, ce qu'on comprend largement, et a besoin de partager ce qu'il a vécu. Il n'hésite donc pas à répondre aux questions, à évoquer les faits, souvent biens horribles. Son passé le hante, mais surtout le fait de n'avoir jamais eu quiconque pour l'aimer ou simplement le considérer.

S'il y a bien quelqu'un que j'ai détesté dans ce tome, c'est Cairistiona. Avec elle aussi Talye et Aros. Eriadne est une pétasse, mais elle a le mérite de l'être avec tout le monde est de clairement le revendiquer. Pas d'hypocrisie là-dessus... Je reviendrais sur elle plus tard.
Plus il y avait des souvenirs de Cairistiona, plus je pensais à Cherise Gautier, mais comme parfait opposé. Là où Cherise Gautier passe totalement au-dessus du fait que Nick soit la copie conforme d'Adarian, Cairistiona va haïr Jullien dès sa naissance parce qu'il ressemble à son frère à elle. Même en essayant, je n'arrive pas à comprendre comment on peut haïr un nouveau né pour ça. Au point de tellement le négliger qu'il soit retrouvé inanimé dans son berceau. Au point que déjà à un âge où il était trop petit pour garder des souvenirs, il se mettait à pleurer dès qu'un adulte le touchait, parce que pour lui ça voulait dire souffrir.
Ca m'a même fait presque plaisir les moments où Cairistiona se prend bien les remarques qui font comprendre qu'elle n'est pas la mère de Jullien. Parce qu'effectivement, ce n'est pas ça une mère.
Je ne parle même pas des différentes remarques de Cairistiona, Talye et Aros par rapport au fait que c'est Jullien qui aurait dû disparaître plutôt que Nykyrian. Nyk qui était parfait et tout le tralala alors que Jullien n'était qu'un résidu qui aurait dû mourir à la naissance.
Tout comme pour Styxx, une bonne partie de la famille biologique de Jullien a essayé de le tuer. Un oscar à Aros qui a été le plus proche avec l'arrêt cardiaque dont il est responsable. Pour un mensonge... Parce qu'il déteste le mensonge... Assez pour étranger son fils jusqu'à qu'il arrête de respirer...
Je ne vais pas revenir sur toutes les attrocités commises par ses parents, parce que sinon, je suis bien partie pour juste faire un copier coller de la moitié du livre.

Eriadne est définitivement une pétasse complètement tarée. Pas de surprise si ce n'est de découvrir certains de ses petits secrets. Elle aurait pu les garder si certaines particularités génétiques n'étaient pas ressortie chez Jullien.
Spoiler:
 
J'ai aimé le fait que Jullien soit le frère qui ait hérité de toutes les caractéristiques rares. Nykyrian est un hybride plus humain qu'Andarion, pas grand chose de plus. Alors que Jullien est un hybride plus Andarion que humain, et avec...
Spoiler:
 
A la fin du tome, Nykyrian m'a même fait rire. Il pense qu'en tant que Nemesis, il peut botter les fesses de son frère à tout moment. C'est qu'il est vraiment ignorant. Jusqu'à présent, je voyais Maris comme le plus badasse. Plus maintenant. C'est définitivement Dagger.
J'attends aussi de voir ce que donneront les jumelles et Vidarri plus tard. Quand on aura de nouvelles aventures de la seconde génération.

Maintenant que Eriadne...
Spoiler:
 
, je me demande si Venik va changer; et ce qui va advenir de Nyran.
Spoiler:
 
Nyran est encore dans la nature, et ce n'est pas bon signe.

J'ai été déçue de ne pas voir Dagger avoir une discussion avec Vasili, Ushara et Trajen au sujet de la nuit où Chaz est mort. Parce que Dagger est le seul à savoir que tout le monde garde un lourd secret pour ne pas blesser les autres.
Spoiler:
 

La fin, bien que courte, à le mérite de poser une note comme il faut. Dagger surmonte son passer et peux enfin passer à autre chose. Nykyrian peut bien garder ses parents et le trône, Dagger n'en a que faire. Même, plus il est en loin, mieux il se porte. Tous ce dont il a besoin, c'est sa vraie famille. Celle qui l'aime et l'accepte pleinement.
Surtout qu'après qu'au fil des années ils aient été amené à croiser leur chemin et qu'ils n'aient même pas été capable de le reconnaître. Fils, neveu, frère... il faut le faire exprès et ne vraiment jamais avoir apporté attention à lui auparavant.

J'ai commencé à apprécier Bastien dans ce tome avec ses passages.  Ember ne m'a cependant pas laissé une grande impression. On verra ce qu'ils donneront ensemble. En espérant que le prochain tome on est plus de moment dans le présent que le passé.

Parmi les personnages que j'ai aimé découvrir ou mieux découvrir dans ce tome, il y a Trajen, Thraix et Davel. Si Davel n'était pas déjà marié, j'aurais aimé voir un tome sur lui. Je me demande si on en aura un sur Thraix, mais je ne pensa pas. On a déjà pas mal d'informations sur lui, et je vois plus un futur tome sur Trajen. Couplé avec Born of Legend, ça donnerait déjà assez de détails sur Thraix. Surtout maintenant qu'on sait qu'ils ont le même entrainement Thaumarturgus. Au vue des éléments de ce tome, Trajen aura définitivement un livre à lui, mais quand ? Celui de Nero, déjà annoncé, devrait déjà donner de la matière. Je me demande avec qui Trajen pourrait finir. Surtout dans la mesure où il blague à plusieurs reprises sur le fait qu'avait une bonne dose d'alcool, ça pourrait être possible entre Dagger et lui. Tous ce qu'on sait, c'est qu'il ne laisse personne approcher intimement de lui - ce à quoi l'alcool pourrait remédier, mais rien sur ses préférences.
Dans les personnages qui se situent entre la première et la seconde génération, on a Vasili. Il est encore un peu jeune, mais on pourrait avoir un tome pour lui bientôt au vue de son âge.


Dans les informations qui sont données par ci et là, il y a celle sur le problème cardiaque de Tiernan. Est-ce que SK prépare le terrain pour de futurs livres de la seconde génération ?
Ca m'a fait de la peine quand Tiernan mentionne que tout le monde ne le voit que comme une copie de Taryn. Jullien mentionne qu'il fait bien attention à ces détails avec ses jumelles, mais Nyk & Kiara visiblement non.

C'est un peu désordre, et sûrement incomplet, je verrais demain si je vois autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Aliénora
Parques
avatar

Messages : 2990
Date d'inscription : 19/08/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: THE LEAGUE #10 - Born of Legend   Jeu 23 Juin 2016, 15:07

Question : J'en suis au chapitre 25... il m'en reste combien avant la fin ?
Parce que ma nouvelle application pour lire les ebook ne m'indique pas le nombre de pages... Smile

J'ai veillé très tard cette nuit, en l'ayant commencé hier matin... mais j'ai finit par capituler, je ne mémorisait plus rien Very Happy Je crois qu'un jour, je vais reprendre la série et me prendre des notes, parce qu'avec tout les liens, qui en veut à qui, les ennemis, les amis, les alliés... par moment, c'est le foutoir dans ma tête Very Happy
Une chose est certaine : j'adore Dagger/Jullien... le parallèle avec le personnage de Styxx est carrement évident. On pourrait faire un concours avec ces deux familles pour voir qui sont les plus c*** et ignobles/infectes, etc...

J'ai pas lu pour la femme de Kyr, parce que je n'en suis pas là Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dark-hunters.fr/site/
Mélite
Rat de bibliothèque
avatar

Messages : 1372
Date d'inscription : 21/01/2013

MessageSujet: Re: THE LEAGUE #10 - Born of Legend   Jeu 23 Juin 2016, 18:16

Par rapport à ma liseuse, la pagination peut changer d'une à l'autre, le chapitre 25 est à 398/675 pages. Soit 277 pages restantes. Tu as encore de la lecture.

Ne m'en parle pas, je suis en train de reprendre la série aussi. Surtout avec les nouvelles informations de parentés gardées plus ou moins secrètes qu'on a dans ce tome. Quelques arbres généalogiques ne feraient pas de mal, même si compliqués à mettre en oeuvre.

Tout comme toi, j'adore Dagger/Jullien. Surtout son humour. lol!

Comme tu dis, pour les familles... Mais j'ai bien plus de ressentiment pour celle de Jullien.
Dans le cas de celle de Styxx, la couleur des yeux d'Acheron a amené à comprendre qu'il y avait un soucis de filiation. Le père s'est sentie trahit, et savait qu'au moins Ash n'était pas son fils, et avait des doutes sur Styxx aussi. La mère s'est sentie rejetée par son mari à cause de ça, et en a voulu aux deux fils. Dans ce sens, les deux fils étaient rejetés. Ash avait Ryssa, et à partir d'un moment, Styxx avait Gallen.
Dans le cas de Nykyrian et Jullien... Nykyrian était adoré des deux parents, et de sa tante. Tandis que Jullien n'a réellement eu personne. Tout était uniquement pour Nykyrian, et dès leur naissance. Nykyrian avait le droit d'être aimé et nourri, tandis que Jullien a même été privé de nourriture dès le berceau. Même Talyn a eu le droit à des câlins de Cairistiona devant les yeux de Jullien, qui lui n'avait le droit qu'aux coups physiques et psychologiques.
C'est pour ça que si on doit vraiment comparer, la famille de Jullien est la pire à mes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Aliénora
Parques
avatar

Messages : 2990
Date d'inscription : 19/08/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: THE LEAGUE #10 - Born of Legend   Jeu 23 Juin 2016, 21:43

Il me semble que SK a mis quelques arbres généalogiques en ligne ^^
Pour, j'en ai encore pour qq heures de lecture alors ! Chouette ! Par contre vu le peu d'heure de sommeil cette nuit, je pense que je n'essaieras pas de le terminer ce soir (mais souvent je dis ça et...) Wink

EDIT/ Bon... finalement je l'ai terminé cette nuit Embarassed, c'est tout moi ça ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dark-hunters.fr/site/
Mélite
Rat de bibliothèque
avatar

Messages : 1372
Date d'inscription : 21/01/2013

MessageSujet: Re: THE LEAGUE #10 - Born of Legend   Dim 26 Juin 2016, 05:22

Pour les arbres, tu dois parler de ça. Ca aide un peu mais c'est loin d'être complet, surtout en tenant compte de ce qui est révélé au fur et à mesure.
Attention, il est incomplet et contient quelques erreurs - un exemple : Vasili est orthographié Vasali, ainsi que ce qui peut parfois être considéré comme des spoilers : on voit avec qui vont être en couple certains enfants de Nykyrian, on voit le nombre et les noms des enfants de Talyn et Felicia, de Darling, etc.
Revenir en haut Aller en bas
Aliénora
Parques
avatar

Messages : 2990
Date d'inscription : 19/08/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: THE LEAGUE #10 - Born of Legend   Dim 26 Juin 2016, 21:56

Je suis en train de regrouper les idées que je veux mettre dans mon avis, pas toujours facile sur un livre aussi énorme Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dark-hunters.fr/site/
Mélite
Rat de bibliothèque
avatar

Messages : 1372
Date d'inscription : 21/01/2013

MessageSujet: Re: THE LEAGUE #10 - Born of Legend   Lun 27 Juin 2016, 04:46

C'est difficile de penser à tout après un tome comme celui-là. Surtout que, tout en poussant vers la comparaison avec d'autres livres de SK, je le trouve bien unique. Surtout concernant la fin.
Nykyrian et Jullien sont deux héros de l'univers de The League, et tout deux du bon côté. Leurs parents ont été décrits en bien jusqu'à présent, ils sont gentils avec la majorité des protagonistes. Pourtant, ils ont réellement été mauvais avec Jullien, peu importe leurs excuses. C'est la première fois qu'on a un livre qui se termine par une séparation aussi nette des liens familiaux et avec l'accent mis sur l'acception et le soulagement que ça apporte à notre héro. C'est ce qui fait le plus la force et l'intensité de ce tome.

Un des passages qui m'a le plus marqué au cours du livre :
Citation :
Sadness choked her over his hyper vigilance. “You ever relax your guard?”
“I’m still breathing.”
Cette simple réponse qui veut tout dire et résume parfaitement.
Revenir en haut Aller en bas
Aliénora
Parques
avatar

Messages : 2990
Date d'inscription : 19/08/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: THE LEAGUE #10 - Born of Legend   Mar 28 Juin 2016, 16:50

Mon avis complet, on va pouvoir en discuter en détails maintenant Wink


Pour cette série, Sherrilyn Kenyon avait déjà écrit plusieurs livres frôlant sans difficultés les 600 pages. Avec Born of Legend, elle publie le plus volumineux de la série à ce jour avec, pour un grand format, un récit de 739 pages. Et toutes ces pages pour un personnage plutôt inattendu, Dagger, alias Jullien.
Difficile c'est vrai de ne pas faire le parallèle avec sa série Dark-Hunter, lorsqu’elle écrivit cinq ans après l’histoire d’Acheron, celle de son frère jumeau Styxx. Styxx comme Jullien sont deux personnages que les lecteurs ont vu peu avant de lire leur histoire, mais ont pourtant détesté. Jullien est perçu comme « le mauvais jumeau » et s’il ne surpasse pas Kyr en cruauté il reste pour le lecteur un personnage détestable, ou plutôt, un individu que la plume de Sherrilyn Kenyon nous a poussé à détester en, comme elle en a l’habitude, nous présentant les choses qu’à travers la perception d’individus en particulier. "Rien n’est jamais ce qu’il semble être", c’est ce qui ressort souvent de ses romans. Comme le fait qu’une situation sera vue et perçue différemment selon la personne qui la regarde. Et n’ayant croisé jusqu’ici que des « ennemis » de Jullien, comment pouvait-on le percevoir autrement ? Si bien qu’on ne peut pas vraiment s’imaginer aimer un livre dont il deviendrait le personnage principal. Et pourtant…c'est une des histoires que j'ai le plus apprécié, et j'aime beaucoup Dagger aujourd'hui. Le coup de théâtre est venu à la fin de Born of Betrayal (le livre précédent), lorsqu’un Tavali du nom de Dagger est entré en scène pour sauver in extremis les familles de la Sentella, et nous révèle une chose qu’on était loin d’imaginer. Jullien eton Anatole est devenu en quelques années, Dagger Ixur. Commandant Tavali respecté et aimé de ses pairs.
Banni et avec un contrat sur sa tête pour trahison, Jullien avait disparu des radars depuis des années. Un énorme retour en arrière est donc nécessaire pour cerner l’homme qu’il est devenu. L’action de Born of Legend débute donc quatre ans après les évènements de Born of Night (le premier livre de la série) pour finalement découvrir ce qui l’a poussé à intervenir à la fin de Born of Betrayal et ce qui s’est finalement passé ensuite… une histoire qui se déroule sur plusieurs années, ce qui explique la taille du roman. Ça pourrait semblait excessif et pourtant, toutes ses pages, les anecdotes, les détails, etc… tout ça est nécessaire pour comprendre le personnage de Jullien l’Andarion et sa « transformation » en Dagger, le Tavali respecté et aimé des siens. Je vous assure qu’après avoir refermer ce pavé littéraire, j’en voulais plus
.
Dagger, car c’est ainsi qu’il se présente dès le départ, se retrouve finalement chez les Tavalis par hasard finalement, en sauvant le jeune fils d’Ushara, il se voit accueilli par son équipage, un peu contraint et forcé par le jeune Vasili. D’emblée, on découvre un homme a des années lumière de l’idée qu’on avait de lui. Prince déchu, il n’a plus rien, fuit sans cesse et trouve difficilement de quoi se nourrir. Ce qui m’a le plus marqué dans ce livre, c’est son extrême paranoïa, parfaitement justifiée au demeurant.  
Tout le long du livre, on a des souvenirs de Jullien et son enfance. Et lorsqu’on essaie de vous tuer dès le berceau, et pratiquement chaque jours de votre vie depuis, difficile de ne pas être paranoïaque, d’autant qu’aujourd’hui, la prime pour sa tête est astronomique. Toujours dos au mur, vérifiant la présence de poison dans tout ce qu’il mange, ne dormant pas vraiment, toujours sur ses gardes et prêt à partir.

Sherrilyn Kenyon ne commence pas par son enfance et en suivant ensuite la chronologie comme elle l’a fait pour Styxx ou Acheron. Ici, le passé est évoqué au fil du récit, en fonction des évènements ou des conversations susceptibles de faire remonter les souvenirs, et bien souvent, ils viennent justifier son comportement actuel. Ce qui est étonnant, c’est de voir de Dagger n’est pas réellement brisé ou détruit (il l'est, mais le cache relativement bien en public), il est surtout très amer et horriblement fataliste. C'est très déstabilisant de l'entendre répéter à plusieurs reprises qu’il est convaincu que le problème c’est lui et que ses proches avaient probablement raison d’agir comme ils l’ont toujours fait, allant même jusqu’à considérer ça comme normal et à leur trouver des excuses. Et pourtant ce qu’il a subit fait froid dans le dos.
Cairistiona, sa mère, va haïr Jullien dès sa naissance parce qu'il ressemble à son frère à elle, et qu’il a voulut la tuer il y a plusieurs années. Sa haine va se répandre à tous les proches de Cairistiona, tous s’alignent devant les besoins et l'humeur de la souveraine. Elle ne veut pas le voir, alors personne ne le regarde. Il sera négligé ou battu dès le berceau, jusqu'à être retrouvé presque mort car on oublie (ou on ne veut pas) de le nourrir. Au point tout petit, il se mettait à pleurer dès qu'un adulte le touchait, parce que pour lui ça voulait dire souffrir. Attaques physiques mais aussi de très nombreuses attaques verbales ou psychologiques, à répéter par exemple sans cesse qu’il aurait dû disparaître à la place de Nykyrian, qu’il n’est résidu qui aurait dû mourir à la naissance. Il est méprisé et son frère adulé… Une bonne partie de la famille biologique de Jullien a essayé de le tuer pour des raisons par nécessairement claires ou justifiées (si tenté qu'un meurtre puisse être justifié, mais ils sont légion dans cet univers, c'est presque un mode de vie). Si ses cousins espéraient monter sur le trône, le but de sa grand-mère Eriadne n’est pas toujours ce que l’on pense et démontre clairement sa folie meurtrière et sa folie tout court. Son propre père, Aros a été le plus proche d’y parvenir, provoquant un arrêt cardiaque en cherchant à l'étrangler car il avait menti... ah ! La mauvaise foi !

Jullien n'hésite pourtant jamais à évoquer son passé, car pour lui, ça reste d’une effrayante banalité et il raconte sur un ton presque posé et naturel, presque sans émotions. S’étant même convaincu que ça pourrait être justifié. « Si tout le monde autour de toi agit en salop, c’est peut-être parce qu’au final, le salop, c’est toi ». Il n’a jamais eut personne pour l’écouter, le regarder. Auprès d’Usharra et Vasili, puis peu à peu les Tavalis il va trouver ce qui lui a manqué, des amis, une famille. Une vraie famille. Il va peu à peu comprendre encore davantage l'aspect déviant de son modèle familial en comparant avec ce qu'il voit chez les Tavalis. Le jour et la nuit.

J’ai particulièrement apprécié ces moments où on le voit progressivement s’éloigner et rompre définitivement avec son ancienne vie : nouveau nom, nouvelle famille (nouvelle mère incluse… le système d’adoption Andarion est bien pratique), nouvelle religion… et des gênes Samari latents qui vont faire de lui un être vraiment à part et plus puissant qu’on ne l’aurait cru. Belle revanche sur tout ceux qui le voyait comme un métis inutile, un résidu faible qui ne devrait même pas avoir le droit de vivre. Il ira même jusqu'à se séparer de sa bague royale et effacer la seule photo de ses parents qu'il avait en sa possession. Belle image quelque part, de voir Dagger accepté par un peuple qui devrait être son ennemi et purement rejeté par sa famille de sang.

Ce qui m’a plu aussi, c’est mon ressenti face à  la façon dont il raconte son histoire. C’est peut-être parce que les faits sont égrenés au fil du récit, mais je n’ai pas ressentit chez Jullien du mélodrame à outrance, pas de mièvreries ou de la tristesse infinie face à ce qui lui était arrivé, on ne voit pas pleurer sur son sort à chaque chapitre et en vouloir au monde entier. Mais plutôt de la colère et une furieuse envie de frapper, de se relever. Tout le monde a essayé (et essaie encore) de l’abattre et lui est toujours debout. C’est un personnage fort qui pourtant montre à une ou deux reprises, qu’il n’est pas infaillible. Il semble accepter la douleur tout en ayant tenté plusieurs fois d’en finir définitivement. Dans le même ordre d'idée, c'était assez étonnant de comprendre que Dagger/Jullien agissait en coulisse de chaque évènements marquants des tomes précédents, qu'il a aidé la Sentella et les a même croisé sans même qu'ils ne le sachent, ou le reconnaissent... Il pourrait être devenu un solitaire égoïste et il s'avère être exactement l'inverse. Belle force morale, peu de gens serait si conciliants.

Dans ses premiers véritables alliés, indépendamment d’Ushara et Vasili, j’ai particulièrement apprécié Trajen et Thrāix, deux Trisani assez intrigants et qui je pense, vont devenir plus importants encore dans la suite de la série. Petite préférence pour Trajen qui est le plus « secret » des deux et qui va accueillir à bras ouverts Dagger, en sachant pourtant dès le départ qui il est vraiment. Et compte tenu de ce qu’on apprend sur lui, un livre le concernant ne serait sans doute pas exclu dans l’avenir. J’ai apprécié son humour assez particulier, ses conversations et ses réparties avec Dagger valent tout l’or du monde.
Mine de rien, Sherrilyn Kenyon amorce également les tomes à venir à travers tout ceux qui vont se placer du côté de Dagger. Born of Vengeance (à paraître en février 2017) d’abord, en nous présentant davantage Bastien par rapport à ce qu’on avait déjà vu de lui dans Born of Betrayal. Il se pose comme étant le seul membre de la famille de sang à considérer et aimer sincèrement Dagger, son « cousin préféré ». Ses retrouvailles avec Ember marquent clairement le début de leur histoire.
Il y a aussi Ryn et Mack, les héros de Born of Trouble (à paraître en décembre 2017 si tout va bien). Même si c’est surtout Jupiter, le frère de Mack qui marque les esprits, en tout le mien.

Concernant la fin, j’ai un avis assez partagé. Elle est à la fois parfaite et… simple ? Enfin, simple, non. Mais disons que j’imaginais la confrontation entre Dagger/Jullien et sa famille (Cairistiona, Aros, Tylie, Nykyrian, etc…) un peu plus épique. En bref, même si je me suis délectée de le voir les remettre à leur place bien comme il faut, j’aurais aimé beaucoup plus de casse et d’insultes… et surtout, j’aurais aimé que son trait Samari, avec les ailes, le feu et tout le reste, leur soit bien jeté dans la figure, ce qui n’a pas été suffisamment le cas à mon goût, je me suis sentie un peu frustrée, parce que je l’ai limite trouvé trop gentil avec eux. Pareil pour Ushara, elle a vraiment été trop correcte, bien que très directe, envers Cairistiona… Mais je me dis que Dagger ne va pas disparaître du paysage, d’autant plus que le livre sur son cousin préféré est le prochain à paraître, j’aurais peut-être le plaisir de voir de nouvelles joutes verbales.

Pour finir, je pense relire a un moment donné Born of Legend, en premier lieu parce qu’il est énorme et que je lis sans pratiquement pas faire de pause et en ayant très peu dormi, ce qui m’a prit environ 20h. Je suis plus lente quand je lis des livres numériques, je le relirais quand la version poche sera publiée et qu’il sera donc dans ma bibliothèque, je pourrais noter des détails auxquels je n’ai pas forcement fait attention au cours de cette première lecture. Ensuite, dans ce pavé sont donnés comme souvent dans cette série, un très grand nombre d’infos sur la complexité des liens familiaux entre les différentes royales de l’univers Ichidian ; les liens commerciaux aussi, les alliés, les ennemis  leurs passé commun, etc… en bref, des alliances de plus en plus complexes et pour être honnête, on s’y perd facilement.



Dernière édition par Aliénora le Mer 29 Juin 2016, 00:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dark-hunters.fr/site/
Mélite
Rat de bibliothèque
avatar

Messages : 1372
Date d'inscription : 21/01/2013

MessageSujet: Re: THE LEAGUE #10 - Born of Legend   Mar 28 Juin 2016, 20:17

Nos avis se rejoignent visiblement. On a été marquée par les mêmes scènes et réactions.

Ca me faisait tellement de peine à chaque fois que Jullien disait que le problème ça devait réellement être lui pour que tout le monde le rejette et veuille sa mort à ce point.

Et bon sang, je veux bien que Cairistiona ait du mal à digérer que son frère ait voulu la tuer… Je me répète, mais de là à en vouloir à un nourrisson parce qu’il lui ressemble. Comment un nourrisson peut ressembler à un adolescent ou adulte ayant essayé de la tuer ? Il ne faut pas pousser trop loin…

J’adore voir la relation que Dagger et Vasili ont tous les deux. Qui aurait pu penser qu’en pensant simplement sauver un adolescent – qui était en réalité encore un enfant, Dagger ferait tellement plus. Il a sauvé Vasili d’un futur peu enviable, mais lui a aussi redonné une joie de vivre. Dagger est devenue la figure paternelle bienveillante, remplaçant le souvenir d’un père qui avait été sur le point de sacrifier son fils. Dagger, un parfait inconnu, à risquer sa vie pour sauver la sienne alors que son père était prêt à faire l’inverse. En sauvant Vasili, Dagger s’est aussi sauvé lui-même. Comme quoi, une simple décision, à un instant précis, peut tout changer. Il n’aurait pas sauvé Vasili qu’il serait assurément mort pas bien longtemps après. Sa mort aurait, par effet boule de neige, sûrement entrainée celle de nombreux autres protagonistes de la série – vu le nombre de personnes qu’il a sauvé dans l’anonymat complet.

C’est tellement vrai pour la fin… C’est d’ailleurs bien pour ça que ça m’a fait rire le petit commentaire de Nykyrian. Il ne réalise réellement pas que son frère est le plus à craindre des deux. Il suffit de se remémorer le passage où il a eu un petit pétage de plombs avant la naissance des jumelles, et le nombre de cadavres qu’il y avait sur le vaisseau.
Mais en même temps, ça montre à quel point Dagger n’en a plus rien à faire d’eux. Ils peuvent penser ce qu’ils veulent, ça ne l’atteint plus. Il n’a plus aucun compte à leur rendre, et ils n’ont pas à savoir ces détails sur lui. Ils sont relégués au rang de simples connaissances, voire de presque inconnus, et ne méritent pas mieux.

Je pense aussi qu’au cours des prochains tomes, nous en verrons plus sur Jullien. Que ce soit avec celui de Bastien – le cousin préféré, ou plutôt le seul cousin n’ayant pas essayé de tuer Dagger ; avec Ryn et Mack – qui sont eux-mêmes Tavalis ; ou encore avec le tome de Nero – puisqu’il est lié à Trajen, lui-même très proche de Jullien.
Revenir en haut Aller en bas
Aliénora
Parques
avatar

Messages : 2990
Date d'inscription : 19/08/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: THE LEAGUE #10 - Born of Legend   Mar 28 Juin 2016, 21:14

Mélite a écrit:

C’est tellement vrai pour la fin… C’est d’ailleurs bien pour ça que ça m’a fait rire le petit commentaire de Nykyrian. Il ne réalise réellement pas que son frère est le plus à craindre des deux.

Tu peux me redire ce qu'il dit ? Parce que je l'ai terminé très tard, j'avoue, j'ai un trou à ce niveau... ou alors, j'étais tellement concentré sur Dagger que ce que pensait Nykyrian, ben pfiou... pas intéressant Smile

L'un des nombreux passages qui m'a marqué, en plus de sa paranoïa et son analyse détaillée de ce qu'il mange ou approche, c'est sa réaction après la naissance de ses filles, lorsqu'il veille dans leur chambre de peur qu'un de ses ennemis débarque et les tuent... Finalement il ne guérit pas vraiment de sa constante paranoïa, et je pense qu'effectivement, il serait mauvais qu'il baisse sa garde...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dark-hunters.fr/site/
Mélite
Rat de bibliothèque
avatar

Messages : 1372
Date d'inscription : 21/01/2013

MessageSujet: Re: THE LEAGUE #10 - Born of Legend   Mar 28 Juin 2016, 22:19

Dans le dernier chapitre, celui avant l'épilogue :
Citation :
“It’s not wisdom. Some of it’s self-preservation. While I like the new Jullien, I haven’t forgotten or forgiven the old one. One day, I might have a bad flashback or psychotic episode that ends with his bloody demise. The farther he stays away from me, the less likely he is to be within my striking distance should that happen.… I am, after all, a fully trained League assassin.”
Sauf que... Si Jullien est toujours en vie, ce n'est pas pour rien. Je veux bien que Nykyrian soit un très bon, voire le meilleur tueur de la Ligue, mais je pars du principe que Jullien est encore au-dessus. Rien que le fait qu'il puisse cracher du feu lui donne un avantage inestimable. Il n'a pas besoin d'arme pour, même avec les mains attachées, pouvoir tuer son ennemi.

Avec un tel passé, impossible de supprimer cette paranoïa. Mais en même temps, il apprend à vivre avec et a la relâchée aussi. Sinon il n'accepterait pas que vasili vienne avec lui à la fin, et ne laisserait jamais sa famille seule tout court. Même si je pense que le fait que Ushara soit elle-même une guerrière avérée, et que Trajen soit à ses côtés, soit les raisons majeurs de pourquoi il arrive à les laisser seuls par moment.
Avec Eriadne hors du tableau, c'est déjà une énorme menace en moins. Maintenant, il reste à régler le problème Nyran, qui n'en est pas un des moindres. Dans un des tomes précédents il est fait mention qu'il aurait violé une des soeurs de Lorens Terronova... Je ne vois pas Lorens mentir, c'est que ça doit être vrai. Je dis ça parce qu'on a vu plusieurs fois des choses ne pas être vraies dans l'univers de The League. Caillen est le premier à accuser tout le monde d'en vouloir à ses soeurs et a vouloir leur mort pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Aliénora
Parques
avatar

Messages : 2990
Date d'inscription : 19/08/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: THE LEAGUE #10 - Born of Legend   Mer 29 Juin 2016, 00:47

Ah oui, ça me revient un peu Smile Je me rappelle m'être dit en lisant cette phrase, que Nykyrian ne se remet finalement pas en question, on continue d'ignorer royalement son frère... je n'avais pas vraiment retenu le "je suis plus fort, il n'a pas intérêt à s'approcher".
C'est vrai qu'il semble avoir un égo un peu démesuré Smile

Effectivement, maitriser le feu est incontestablement la meilleure arme (suffit de voir ce qu'il a fait au vaisseau du cousin d'Ushara Very Happy). Mais c'est pour ça que la fin m'a un peu déçue, si Nykyrian, sa mère et les autres le savent (à moins qu'ils n'est pas fait le lien avec la lignée Samari, ce qui m'étonnerait), aucun ne le voit en action... et j'aurais aimé qu'ils le voient. Je pense qu'ils l'auraient moins ramené...
A commencer par Cairistiona, qui semble soudainement vouloir se comporter comme une vraie mère dès l'instant où a sauvé la peau et où elle comprend ce qu'il a vécu. Comme si comprendre ses tortsil lui suffisait à ce que ça efface tout. Un effet : "J'ai compris mon erreur, maintenant, je peux être ta mère ?" qui m'a fait grincer des dents. Je n'ai pas compris pourquoi personne ne l'envoyait bouler quand elle se présente comme leur yaya aux filles de Dagger... ça, ça me dépasse.
Les seules personnes dans cette histoire qui m'ont paru les loins faux-cul ont été Talyn et sa mère, et dans une moindre mesure, Hauk.


Mélite a écrit:
Caillen est le premier à accuser tout le monde d'en vouloir à ses soeurs et a vouloir leur mort pour ça.

C'est vrai que chaque mention de Caillen par Dager ou même Jupiter ne sont pas en sa faveur Very Happy En revanche, une chose qui pour moi renforce l'idée que Dagger vaut mieux que certains, c'est qu'il considère Caillen comme un c**, dans le sens "imbécile" et dans les grandes largeurs, mais respecte en même temps son combat pour faire vivre sa famille. La raison pour laquelle il soutient Caillen (et va même l'aider, non ? *Gros trou de méoire*), c'est parce qu'il ne veut pas que ses soeurs se retrouvent sans ressources. Il a même un grand respect pour Shahara, qui ne l'a jamais rabaissé.

De la même façon, il a de la rancoeur envers Galene et Talyn, que Cairistiona aimait presque comme un fils, mais en même temps ne leur en veut pas réellement. Encore plus concernant Talyn, qui n'était qu'un enfant. Il s'en fait d'avoir été l'instrument qui a fait de Talyn un "hors caste". Il le répète souvent dans le roman.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dark-hunters.fr/site/
Mélite
Rat de bibliothèque
avatar

Messages : 1372
Date d'inscription : 21/01/2013

MessageSujet: Re: THE LEAGUE #10 - Born of Legend   Mer 29 Juin 2016, 02:09

Je me demandais si j'allais encore voir une réponse de toi ce soir, vu le décalage horaire. Je suis contente de voir que oui. Smile

C'est Nykyrian quoi... Je rappelle que je n'ai jamais été une grande fan de lui, donc ne t'attends pas à ce que je prenne sa défense. Laughing

Tel que je le vois, pour eux Dagger ne porte le nom de Samari que parce qu'il a été adopté par Unira Samari. Il faudra que je relise pour l'affirmer, mais il me semble que Jullien ne mentionne pas la vérité sur le vrai père de Cairistiona. Et puis, vu qu'ils n'ont jamais écouté ce qu'il avait à leur dire, pourquoi est-ce qu'il ferait l'effort d'essayer de leur dire quoi que ce soit à présent ? Il leur a sauvé la vie, c'est déjà bien suffisant. C'est triste, mais c'est la réalité.

Dans mon estime, Cairistiona est encore plus basse que ça. Je n'ai même pas le sentiment qu'elle est désolée de quoi que ce soit. C'est plutôt une sort de : "oh, c'est vrai que j'ai un autre fils". Surtout maintenant qu'il a une bonne position ailleurs. Aros a l'air légèrement plus sincère. Je dis bien légèrement... Il éprouve peut-être un peu plus de remords et regrets que Cairistiona, mais ça n'enlèvera jamais le mal qui a été fait.

On avait déjà eu cet aspect de la personnalité de Caillen dans des tomes précédents. Surtout dans celui de Syn, où Caillen se comporte déjà comme un vrai connard avec Syn, qui est pourtant son ami. Mais dès qu'il s'agit de ses soeurs, Caillen devient très stupide. Au début ça m'avait un peu hérissée, surtout dans le tome de Syn, mais à présent j'arrive à presque apprécier ce trait de sa personnalité. Ca le rend plus humain, plus réel, ça montre à quel point il est loin d'être parfait.

Autant j'étais très mal pour Talyn, autant je peux comprendre ce qui a fait que Jullien s'est laissé avoir dans ce cas précis. Les deux ont été des victimes.
Les excuses de Galène m'ont semblé être parmi les rares qui sont sincères. Même si j'avoue ne pas comprendre comment Galène a aussi pu se faire avoir. Surtout en ayant elle-même un enfant rejeté par tant d'autres. Mais c'est peut-être pour ça. En voyant Jullien avec le noble lignage contrairement à Talyn, ça a pu lui flouter le reste.
Revenir en haut Aller en bas
Mélite
Rat de bibliothèque
avatar

Messages : 1372
Date d'inscription : 21/01/2013

MessageSujet: Re: THE LEAGUE #10 - Born of Legend   Ven 08 Juil 2016, 13:22

Citation :
For the roleplayers who have been emailing, I got the info from Sherri. For those who haven't read Born of Legend these could be construed as SPOILERS so please don't read if you're really particular about knowing the future.
This is the list of Altaans:
Ushara's Siblings (they're in caps, spouses aren't) and they're listed in birth order, but they're kids aren't necessarily as I didn't double check the list with Sherri or the books.
DIMITRI = Madina-- Adi (m), Adyn (f)
DAVEL = Fara-- Kirill (m), Yasha (f), Maksim (m)
RYNA = Jethryn-- Jethryn (m), Petran (m), Katyra (f), Malyna (f)
USHARA = Dagger --see below
OXANA (twin) (Ana) = Sparn -- Nadya, Iryna, Fena, Olya (all f)& JAY(twin) = Bartlett -- Salina (f), Ferran (m)
MARISKA = if you read the book you know this one--it's omitted because it's such a spoiler, as well as the kids.
AXL = Sheba --- Mered (m), Merida (f), Maxen (m), Juliana (f)
Their kids are listed in order
Dagger & Ushara's Children
Vasili (Vas)
Vladmira (twin) (Mira), Viveka (twin) (Viv)
Vidarri (Vidar)
Varak (1 year after Vidar)
Vladlen (twin) (Vlad), Verina (twin) (Rina) - 3 years after Vidar
Varya (Vari)- 6 after Vidar
Carl
MB Staff

Ca en fait une belle fratrie chez Dagger et Ushara. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: THE LEAGUE #10 - Born of Legend   

Revenir en haut Aller en bas
 

THE LEAGUE #10 - Born of Legend

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» THE LEAGUE #1 - Born of Night
» Galerie De Linkos
» THE LEAGUE #7 - Born of Fury
» League Of Legend
» League of Legend

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sherrilyn Kenyon : le forum francophone :: LES LIVRES DE SHERRILYN KENYON :: THE LEAGUE :: THE LEAGUE : NEMESIS RISING / NEMESIS LEGACY-